Sète, capitale culturelle !

« Je suis né dans la ville où j’aurais aimé de naître », disait Paul Valéry. Brassens chantait quant à lui une « Supplique pour être enterré à la plage de Sète ».  Sans parler des nombreuses personnalités dont le nom est associé à la ville. Aujourd’hui à l’indéfectible  amour des Sétois pour leur île singulière s’est ajouté celui des artistes et néo qui ont fait de Sète leur terre d’élection, d’inspiration voire de prédilection pour quelques semaines ou à demeure; pour y vivre, travailler ou lancer de nouveaux projets. Car on tombe en amour pour Sète, pour son cadre naturel exceptionnel, pour sa beauté atypique, pour sa lumière magnétique, pour son énergie joyeuse, pour son accent pétillant, pour son théâtre permanent, balcon sur la mer sans cesse en mouvement.
Sète est une muse ! Lire la suite...

L’âme des artistes

 

 

Des musées aussi singuliers que pluriels

Festivals : une saison effervescente

 

 

Sète à l'écran : une belle histoire d'amour

Sète, par les artistes

Jean Denant est un artiste sétois pur sucre. Il a grandi à l’île de Thau entre les immeubles en béton, la zone industrielle en construction et  « les plus beaux couchers de soleil sur la lagune de Thau ». L’architecture dite « moderniste », comme espace en transition, en devenir, et la mer, deux perspectives qui marquent profondément l’univers artistique qu’il a développé par la suite. Aujourd’hui, à 38 ans, la renommée de Jean Denant est internationale et son ascension fulgurante. Pour preuve, c'est l’une de ses sculptures que François Hollande a remise en cadeau au roi du Maroc, Mohammed VI, lors d'une visite officielle le 15 novembre dernier, en marge de la COP22 qui se déroulait à Marrakech. L'œuvre intitulée Mare Nostrum avait à l’origine été repérée l'été dernier dans sa déclinaison horizontale par l’ancienne ministre de la culture Audrey Azoulay, de passage à Sète. Encastré dans le mur de béton d’un ancien bunker allemand sur la Corniche, le découpage monumental en inox brillant de « La Traversée », reproduit la géographie du bassin méditerranéen et reflète, tel un miroir, l’horizon bleu azur de l’île singulière. Commandée par la Ville, cette œuvre populaire à la beauté à la fois simple et sophistiquée a d’emblée séduit tout en retranscrivant à merveille l'univers artistique du Sétois.


Voir tous les artistes

Découvrir Sète

100% méditerranéenne

Une ville-port 100 % méditerranéenne entre mer et étang au bleu étincelant adossée à une petite colline verte, un lido de sable blanc de 15 km, des ruelles et des canaux au charme incandescent du sud, des saveurs naviguant entre la France, l’Italie et l’Espagne, un accent salé et pétillant, des personnalités fortes en gueule et en couleurs… Sète, ici Sète !

Une ville jeune

En 2016, l’île singulière a fêté son 350e anniversaire, alors que l’on naviguait en Méditerranée déjà 3 000 ans avant notre ère ! Depuis sa naissance tardive au 17e siècle, la cité portuaire est ouverte sur le monde. Un territoire unique en son genre, jadis attirant pour les voyageurs mais inhospitalier, par la suite largement gagné sur la mer et les sables mouvants. L’histoire de Sète aura ainsi été faite depuis les origines du travail des hommes et du brassage des populations. Une ville de passion et de diversité, dont les traditions, certes récentes à l’échelle française, sont coulées dans le roc à l’image des joutes, inchangées depuis un certain 29 juillet 1666. Une ville dont la fibre populaire reste vivace, et qui se caractérise en même temps par sa passion pour la culture, les discours et les débats.

On tombe en amour pour Sète, pour sa beauté atypique, pour sa lumière magnétique, pour son énergie joyeuse, pour son effervescence artistique, pour sa profusion voire ses excès, pour son théâtre permanent, balcon sur la mer sans cesse en mouvement. Certes Sète est une jeunette, mais « elle a tout d’une grande » !